Annexe du chapitre 5 sur l’hiver

Les sécateurs électriques au banc d'essai du GDV Marne

 

Les vignerons rencontrent tous, au cours de périodes de taille, des problèmes de tendinites.
Ces affections se traduisent en général par une incapacité temporaire de travailler, et deviennent souvent chroniques.

Les symptômes ont tendance à disparaître à l'arrêt de la taille. La recherche de solutions préventives est donc primordiale. Au programme : exercices musculaires et temps de récupération.

 

Voir le site  documentaire officiel …cliquer sur le lien ci après

http://pro.sirtem.fr/gdv/publications/secateurs-ch-viti.htm

Retour au chapitre 5

Retour au menu sommaire

L'Institut national de médecine agricole de Tours a réalisé en 1995 une étude sur les problèmes de tendinite. Parmi les "maladies professionnelles" en viticulture, les troubles musculo-squelettiques liés à l'utilisation du sécateur, tiennent la troisième place. L'enquête effectuée par les services de médecine du travail démontre que 28 % des troubles musculo-squelettiques sont liés aux opérations de taille, et affectent directement le bras qui travaille. Les différentes articulations du membre supérieur sont touchées de façon progressive si on descend de l'épaule vers la main. Ainsi 7 % des personnes ressentent des douleurs à l'épaule, 12 % au niveau du coude (épicondylite), 26 % au niveau de la main et du poignet. Sur l'ensemble des vignerons, 10,5 % présentent des paresthésies nocturnes (syndrome du canal carpien, affectation due à la compression d'un nerf au niveau du poignet) qui se traduisent par des fourmillements , élancements, et provoquent des insomnies.

 

L'étude démontre 76 % de cas de récidive, mais dans 82 % des affections, les symptômes disparaissent dans le mois qui suit l'arrêt de la taille. Il s'agit donc de phénomènes fréquents qui ont tendance à disparaître lorsque le vigneron change de type de travail. Hélas, la récidive est la règle presque chaque année, d'où l'intérêt de rechercher des solutions préventives.

 

Des méthodes de prévention
issues des observations

Les propositions présentées sont les résultats d'observations effectuées entre les professionnels de la vigne, les techniciens de prévention et les médecins du travail.

Tout d'abord commencer la saison de taille par une adaptation musculaire, c'est-à-dire commencer le travail en milieu de semaine, la détente du week-end permettant ainsi aux muscles de se reposer, avant de reprendre sur le rythme soutenu que demande cette activité. Cette adaptation peut se réaliser aussi par des mouvements de préhension de la main effectués pendant 15 minutes par jour durant les deux semaines qui précèdent le début de la saison de taille (ces exercices peuvent consister en mouvements de la main sur un objet souple comme une balle de caoutchouc ou une éponge). Seconde solution : alterner le travail de taille avec d'autres travaux sur l'exploitation, au cours des premiers jours.

 

Aménager des périodes
de récupération musculaire

Lorsque la durée de taille est supérieure à trois semaines, il semble important de disposer d'un temps de récupération pour les muscles les plus sollicités. Cette période doit être courte, une durée de deux à trois jours est un bon compromis, d'autant qu'elle peut coïncider avec un week-end. Pendant la saison de taille, cette période demande à être renouvelée régulièrement au bout de quelques semaines, son but est de favoriser la récupération musculaire sans désentraîner les muscles. Elle peut être obtenue en alternant la taille avec les travaux de cave ou d'entretien de la vigne, ou bien en utilisant un sécateur assisté (électrique ou pneumatique). L'utilisation d'un sécateur assisté peut s'effectuer en alternance entre les vignerons d'une même équipe.

En réponse aux problèmes incapacitants provoqués par ces affections, le choix d'un sécateur électrique semble la meilleure des solutions aujourd'hui.

 

 

Interview de Hugues GODMÉ, viticulteur à Verzenay
"Grâce au sécateur électrique, on peut effectuer une campagne complète de taille"

 

Quelles raisons vous ont amené à acquérir un sécateur électrique ?
La première raison, ce sont les tendinites avec leurs conséquences sur mon exploitation, j'ai dû subir une intervention chirurgicale sur le canal carpien pour élargir la gaine de passage du tendon. Mes employés souffrent aussi de tendinites, cela devient chronique : sur quatre employés, deux sont atteints. Cela a des conséquences importantes sur le travail, mais cela a aussi une incidence dans le calcul des droits de congés payés..

Quel est pour vous le premier avantage de ce matériel ?
Le premier avantage des sécateurs électriques est d'effectuer une campagne complète de taille, sans douleurs, de jour comme de nuit.

Retour en haut de page

Retour au chapitre 5

Retour au menu sommaire


Sécateur éléctrique PELLENC

 

Y a t'il encore des risques
avec un sécateur électrique ?

Il y a des risques de coupure et de pincements qui diminuent largement après quelques semaines de pratique. Il existe des gants de protection en maille d'acier, mais ce n'est pas très bien adapté.

Quelle est l'incidence de ce matériel sur la taille ?
Les avantages de ce matériel sont de pouvoir effectuer une taille complète sans avoir à recouper les gaules et de mieux les raser sur la souche. De couper les coursons inutiles sur les charpentes de Cordon sans difficulté.

Les inconvénients sont le temps d'adaptation au matériel, les fils coupés, des yeux laissés dans les endroits difficiles d'accès, liés à l'encombrement et au poids du sécateur.

Quels sont les critères à retenir dans le choix de l'appareil ?
La facilité d'adaptation au matériel, le poids et l'encombrement du sécateur et de ses batteries, ainsi que le portage (possibilité de réglage du harnais). La préhension du sécateur, sa rapidité de coupe et sa qualité, l'autonomie des batteries.

Pour vous, quels sont les inconvénients des matériels actuels ?
Tout simplement, le fil électrique qui relie les batteries au sécateur, il faut l'attacher le long du bras ou bien le faire passer dans la manche. Le poids des batteries peut être un handicap car cela crée une fatigue supplémentaire au bout d'une journée de taille. Le poids peut varier de 2,5 kg à 5 kg mais si l'on travaille avec un chariot le problème de poids ne se pose plus.

 

Vous avez essayé différents types de sécateurs, quel est votre choix personnel ?
J'ai essayé plusieurs modèles et j'ai arrêté mon choix sur une marque. Je me suis très vite adapté à l'"Electrocoupe" parce que c'est le plus approchant des sécateurs à main traditionnels, la charge de ses batteries est lente, ce qui leur garantit une meilleure durée de vie. Il a une demi-coupe en option ce qui réduit le temps de fermeture des lames. De plus, cet appareil existe en version pour gauchers.

 

 

Retour en haut de page

Retour au chapitre 5

Retour au menu sommaire